Accueil » Google Maps : voici comment Google transmet l’historique de localisation des utilisateurs Android à la police

Google Maps : voici comment Google transmet l’historique de localisation des utilisateurs Android à la police

par Ludovic Brochard
0 commentaire
Google Maps mobile

La technologie nous suit à la trace. Mais que se passe-t-il lorsque nos pas croisent ceux des enquêteurs ? C’est ce que les journalistes de The New York Times se sont posés comme question, On vous explique ici donc comment Google peut transmettre l’historique de localisation des utilisateurs d’Android à la Police.

L’utilisation quotidienne des données de localisation par Google

Google Maps, l’une des applications phares d’Android, utilise l’historique de localisation pour offrir une expérience utilisateur personnalisée. Sans suprise, l’appli est capable d’enregistrer avec une précision remarquable où et quand un utilisateur se déplace, les lieux visités et même les moyens de transport utilisés. Par ailleurs, les utilisateurs sont encouragés à partager des avis, des photos ou des réponses à des questions sur ces lieux.

Anonymisées, ces informations alimentent d’autres fonctionnalités de Google Maps, comme l’indication de la popularité d’un lieu ou les prévisions de temps d’attente. Ces données jouent également un rôle crucial dans la détection des embouteillages et la disponibilité des places de stationnement. Mais, comme toute médaille a son revers, la désactivation de cette fonctionnalité prive l’utilisateur de ces avantages.

Quand l’historique de localisation devient un outil d’enquête

Mais cette masse d’informations n’est pas uniquement convoitée par Google. Elle est également d’un intérêt capital pour certains organismes externes. Il y a quelques années, le New York Times révélait comment les autorités policières exploitaient ces données.

Voici comment cela fonctionne, du moins aux États-Unis :

  • Demande initiale de la police : Les enquêteurs définissent une zone géographique et une plage horaire précise autour d’une scène de crime.
  • Réponse anonyme de Google : Google fournit une liste anonyme, surnommée « SensorVault », regroupant tous les smartphones ayant été présents dans la zone définie pendant la plage horaire spécifiée.
  • Analyse des déplacements : Ces données de localisation, bien que fragmentaires, permettent d’esquisser le parcours des smartphones avant et après l’heure indiquée. La police peut ainsi cibler des appareils spécifiques.
  • Demande de données spécifiques : Après sélection des smartphones d’intérêt, Google peut fournir des informations plus précises, comme le nom ou l’adresse e-mail associés au smartphone.

Les implications et réflexions

Bien entendu, ce mécanisme offre des avantages en matière de résolution d’enquêtes. C’est une manne d’informations pour la police, tant pour trouver des témoins que pour valider des alibis. Mais cette surveillance omniprésente est un sujet de préoccupation pour de nombreux utilisateurs. Le compromis entre vie privée et sécurité n’a jamais été aussi flou.

Conclusion

En conclusion, à l’ère numérique, la notion de vie privée est en constante évolution. L’utilisation des données et de l’historique de localisation par Google pour la police, bien que bénéfique à bien des égards, soulève également des questions éthiques et juridiques. La clé réside peut-être dans la transparence et la responsabilisation, mais également dans l’éducation des utilisateurs sur les implications de ces outils dans leur vie quotidienne.

Vous pourriez lire également

Laisser un commentaire

Tout Sur Google utilise des cookies fonctionnels et d’autres technologies nécessaires à la navigation du site. Nos partenaires et nous-mêmes utilisons également des cookies permettant de mesurer le trafic et de vous montrer un contenu et des publicités personnalisés Accepter En savoir plus