Accueil » Réseaux sociaux et automobile : les mêmes ressorts psychologiques ?

Réseaux sociaux et automobile : les mêmes ressorts psychologiques ?

par Paul Metraux
0 commentaire

Quel rapport peut-il bien y avoir entre les réseaux sociaux et l’automobile ? L’interrogation peut paraître saugrenue et relever du psychotage de comptoir. Et pourtant… Les deux outils ont bien souvent les mêmes effets sur la révélation de la personnalité de leurs utilisateurs. Dis-moi comment tu twittes et comment tu conduis, je te dirai qui tu es.

Réseaux sociaux et automobile : une mise à nu

Tout le monde a entendu l’expression « dans la vie, c’est quelqu’un de charmant, mais au volant de sa voiture il devient très désagréable voire méchant ». Ce serait donc l’automobile, innocente tonne de ferraille, qui aurait le pouvoir de transformer le comportement d’un individu.

Les mêmes ressorts psychologiques fonctionnent pour les réseaux sociaux. Telle ou telle de vos relations, qui est plutôt d’un commerce agréable dans la vie quotidienne, devient hargneuse dès qu’elle se connecte à Twitter et même sur des réseaux considérés comme plus sereins. La personne que vous considériez comme calme et réfléchie vous apparaît tout à coup comme ayant la bave aux lèvres dès qu’elle s’exprime sur les réseaux. Blanche Gardin ironise intelligemment sur ce phénomène dans un de ses spectacles.

Le phénomène existe aussi pour le sport où certains « gentils » se transforment en salopards dès qu’ils sont en compétition. « Ah, pourtant il (ou elle) est très gentil dans la vie ». Bah non en fait, il (ou elle) ne doit pas être aussi gentil que ça, sinon il ne ferait pas des croche-pieds à la moindre occasion.

A l’inverse, on peut observer aussi que certains (les plus nombreux heureusement) font preuve de retenue, d’humour et ne se sentent pas obligés de réagir à chaque post par une hargne tout aussi vengeresse que systématique.

la haine
Photo de Charl Folscher sur Unsplash

Réseaux sociaux et automobile : un outil d’analyse commune des comportements ?

Dans tous les cas, c’est l’outil ou l’activité qui est incriminé et jamais celui qui s’en sert. L’individu est donc bon par nature et c’est l’instrument qui le corrompt. Comme disait Rousseau (Jean-Jacques, pas Sandrine), dont on se demande bien comme il aurait échangé avec Voltaire sur Twitter…

En réalité, comme pour l’automobile, les réseaux sociaux sont très utiles pour savoir à qui vous avez affaire. Quand vous suivez quelqu’un, il suffit d’observer le ton qu’il emploie pour avoir de bons éléments d’information sur son caractère.

La personnalité des individus n’est pas transformée, elle est simplement révélée.

Evidemment tout ça n’est que du ressenti personnel et mériterait d’être étayée par quelques études psychologiques un peu plus approfondies qu’un billet d’humeur. Mais c’est une méthode, parmi d’autres, pour mieux connaître ceux que vous côtoyez, dans la vie réelle ou sur les réseaux.

Faites le test

Sélectionnez quelques-unes de vos relations sur les réseaux sociaux et analysez le ton employé dans leurs posts, leur manière de réagir. Si vous les connaissez aussi dans la vraie vie et que vous avez la possibilité d’observer leur rapport à l’automobile, vous serez surpris des parallèles.

Vous pourriez lire également

Laisser un commentaire

Tout Sur Google utilise des cookies fonctionnels et d’autres technologies nécessaires à la navigation du site. Nos partenaires et nous-mêmes utilisons également des cookies permettant de mesurer le trafic et de vous montrer un contenu et des publicités personnalisés Accepter En savoir plus