Accueil » Livres numériques : l’envers du décor

Livres numériques : l’envers du décor

par Benoit Pepicq
0 commentaire
fnac kobo

L’apparition du livre numérique avait soulevé de nombreuses questions sur l’avenir du livre physique: va-t-il disparaître ? L’industrie du livre toute entière doit-elle s’inquiéter ? Google et autres GAFA vont-ils avoir un contrôle absolu du monde de l’édition ?

En fin de compte, le tableau est loin d’être aussi noir. Une étude de Statista souligne que le livre numérique ne s’est imposé dans aucun pays, le format papier est toujours préféré à son alternative technologique. C’est d’autant plus vrai en France où moins de 10% de la population avait acheté un ebook ou un livre imprimé en 2021. 

Cela ne veut pas dire que le livre numérique est un concept sans avenir. Le taux de pénétration de l’ebook dans les pays anglophones et en Chine montre un marché plus équilibré dans lequel l’ebook trouve lentement mais sûrement son public. 

Au-delà des ebooks : une triste réalité

Si l’accent est souvent porté sur l’avènement du livre numérique et ses potentiels dangers, il occulte avant tout une triste réalité: les gens lisent de moins en moins de livres. Chiffres à l’appui, ce triste constat a été remarqué en France mais également dans d’autres pays tels que les Etats-Unis

Si vous en avez l’occasion, abordez le sujet avec votre entourage. Vous entendrez toujours les mêmes explications faciles, telles que “les jeunes préfèrent passer leur temps sur les réseaux sociaux”, “l’éducation n’intéresse plus les jeunes à la lecture” ou “les gens veulent seulement lire ce qui les réconforte dans leurs opinions”. Autre fait amusant, tous sont d’accord pour dire que c’est triste et regrettable, pourtant très peu d’entre eux lisent des livres alors qu’ils sont conscients de la situation.

La réalité est complexe, de nombreux facteurs culturels et sociologiques interconnectés jouent un rôle dans cette perte d’intérêt pour la lecture. La culture de l’instant, l’omniprésence de la communication, les méthodes éducatives et bien d’autres raisons expliquent ce phénomène que le budget marketing de Kindle, Audible ou Kobo n’a pas pu changer, malgré d’innombrables publicités et offres de réduction.

amazon kindle
Avec la Kindle, Amazon est un des poids lourds du secteur du livre numérique.

Amazon, Google, Apple : l’éthique dans le livre numérique

Les tentacules des GAFA s’étendent partout et le marché du livre numérique n’échappe pas à la règle. Amazon, grâce à ses liseuses Kindle et à son immense librairie en ligne, s’est assuré une place de leader dans cette industrie. Kobo, marque de Rakuten, tire également très bien son épingle du jeu. Apple propose également des livres dans son application, s’adressant exclusivement aux utilisateurs Apple. D’autres fabricants de liseuses ont une autre approche, préférant des partenariats avec des librairies, une idée très bonne en soi mais difficile à mettre en place, surtout dans des pays moins grands et/ou riches.

Qu’y a t il de plus pratique qu’un système tel que celui d’Amazon ou de Kobo, où vous achetez un livre (ebook ou audio) en un seul clic, puis le voyez automatiquement téléchargé sur votre appareil ? De plus l’auto-édition présente bon nombre d’avantages, lorsqu’on les combine avec les réseaux sociaux pour promouvoir les livres cela peut devenir très lucratif pour l’auteur. 

L’argent et le pratique sont les points forts d’Amazon. Les points faibles de l’entreprise, en revanche, sont bien connus aussi mais très vite oubliés. On peut souvent voir dans les forums des utilisateurs expliquer pourquoi ils n’utilisent pas de Kindle pour des raisons éthiques, chose bien compréhensible. Kobo est une alternative viable car le catalogue est immense et leur partenariat avec la FNAC l’étend encore davantage, mais dans une perspective éthique rien n’est bien sûr.

Faut-il alors se tourner vers le papier pour être certain de ne pas enrichir des entreprises aux pratiques douteuses ? Les maisons d’édition sont loin d’être des saintes, elles non plus. Ainsi donc, à l’image de nombreux services et applications, nous voulons utiliser un produit sans partager les valeurs de l’entreprise qui est derrière. Encore une fois, un choix qui n’est pas vraiment un choix puisque les alternatives sont limitées.

Faut-il vraiment choisir ?

Vous pensez probablement que vous avez simplement deux options : lire des livres numériques ou lire des livres physiques. C’est essentiellement vrai. Le livre numérique et le livre physique présentent tous deux des avantages spécifiques et, selon vos besoins, l’une des deux options peut vous convenir mieux que l’autre.

L’important, après tout, est de lire, quel que soit le format.

Il existe pourtant une troisième option. Un lecteur peut combiner les deux selon ses besoins. Par exemple, utiliser une liseuse dans les transports en commun et utiliser un livre papier le soir dans le lit. L’important, après tout, est de lire, quel que soit le format.

Les e-books émissaires?

Ceci apporte un argument de poids face à la classique responsabilisation des livres dans la disparition des petites librairies. En tant qu’individu et en tant que société, il est bien plus facile de porter le blâme sur la technologie que sur un changement sociétal inquiétant. Comme l’explique Paul Metraux dans son article, les libraires sont désormais face à des ennemis qu’ils ne peuvent combattre. Une petite librairie de quartier n’a aucune chance contre un géant de la technologie, en revanche elle peut s’adapter pour ne pas sombrer.

Que vous choisissiez de lire au format numérique ou que vous restiez fidèle au bon vieux papier, peu importe. La priorité est de continuer à lire car tout le monde y est gagnant.

Vous pourriez lire également

Laisser un commentaire

Tout Sur Google utilise des cookies fonctionnels et d’autres technologies nécessaires à la navigation du site. Nos partenaires et nous-mêmes utilisons également des cookies permettant de mesurer le trafic et de vous montrer un contenu et des publicités personnalisés Accepter En savoir plus