Accueil » Elle arrive quand la fibre ?

Elle arrive quand la fibre ?

par Paul Metraux
0 commentaire
Elle arrive quand la fibre ?

L’UFC-Que Choisir, bien connue des consommateurs français, publie généralement des études et des tests de bonne qualité. Ce qui rend son propos digne d’intérêt. Ses avis sont attendus et… redoutés. Cette fois-ci, l’association vient tempérer l’enthousiasme affiché des pouvoirs publics sur le Plan France Très Haut Débit. Selon l’étude qu’elle vient de publier, Que Choisir indique que 12 millions de français n’ont toujours pas accès au Très Haut Débit Internet. C’est beaucoup. Et dans tous les coins de France, des plus reculés aux villes moyennes, la question à tous les zincs de bar est la même : elle arrive quand la fibre ?

Le Plan France Très Haut débit

Lancé en grande pompe en 2013 le plan France THD prévoyait que tous les français puissent bénéficier d’un accès en THD (Très Haut Débit, supérieur à 30 MBits/s) à la fin 2022. L’appellation THD, dans le plan national, concerne l’internet fixe mais aussi mobile. Ce qui permet au gouvernement d’afficher des objectifs quasi-atteints. Ce plan prévoyait l’accélération du déploiement de la fibre optique, censée atteindre rapidement les hameaux les plus isolés. En dix ans, ce plan a mobilisé 35 Milliards d’euros d’investissements (publics et privés). 

Selon l’ARCEP, le nombre d’abonnements THD plafonne, fin 2022, à 21,5 millions dont 18,1 millions en fibre optique. Il est vrai que la pandémie a retardé les raccordements avec au moins un déficit cumulé de 1,5 millions prises pour 2020-2021. Aujourd’hui, le gouvernement affiche un objectif de généralisation de la fibre optique à l’horizon 2025. Le réseau cuivre sera définitivement fermé en 2030.

Un foyer sur cinq n’a toujours pas le Très Haut Débit

Malgré une volonté politique incontestable, les résultats restent en deçà des objectifs affichés. D’après l’étude de Que Choisir, 17,2% des foyers français (11,8 millions de personnes) ne peuvent avoir accès au THD qu’en souscrivant des offres hertziennes ( 4G fixe, THD radio) ou satellitaires, réputées nettement moins qualitatives que les réseaux traditionnels. En effet, ces offres peuvent être limitées en data ou sans télévision. La météorologie peut perturber votre visioconférence et pour le jeu en ligne, n’en parlons pas. Et paradoxalement, le coût d’accès est plus élevé que pour une offre filaire.

La traditionnelle fracture territoriale

Que Choisir a analysé l’éligibilité au THD selon les territoires et la technologie utilisée. Sans surprise, les départements les plus ruraux sont perdants. Près d’un tiers (32,6 %) des 8,8 millions d’habitants des communes de moins de 1 000 habitants ne disposent pas d’une connexion à Internet en THD. Et 18,4 % des habitants de ces communes ne disposent même pas du « bon haut débit » (8 Mbit/s). Cerise sur le gâteau, 10,1 % sont tout simplement privés d’un Internet de qualité ne serait-ce que minimale (3 Mbit/s).

carte de France des habitants disposant d'un débit inférieur à 8 Mbits/s
carte de France des habitants disposant d'un débit inférieur à 3 Mbits/s

Un déploiement de la fibre un peu chaotique

Elle arrive quand la fibre ? En fait, pas si vite que prévu et pas toujours comme on l’espérait. Les litiges liés aux raccordements se multiplient. Rendez-vous non honorés, refus de travaux, malfaçons en tous genres, débranchements sauvages…. Les témoignages recueillis par Que Choisir abondent. On estime à près de 20 % les raccordements défectueux, soit plusieurs centaines de milliers par an. La situation est connue et les consommateurs n’ont souvent que leurs yeux pour pleurer, tant ils sont démunis pour se défendre. Une indifférence relative des pouvoirs publics permet aux opérateurs d’agir à leur guise : raccordements défectueux… mais factures qui tombent.

Les propositions de Que Choisir

Au-delà des constats, l’UFC-Que Choisir avance une proposition phare. Celle d’un droit opposable à un accès internet de qualité permettant au consommateur d’engager la responsabilité de l’opérateur, de résilier sans frais et d’être indemnisé en l’absence de débits minimaux définis par la loi. On ne sait pas quelle sera la réponse des pouvoirs publics à cette proposition. On peut espérer au moins qu’elle fasse bouger les lignes pour qu’enfin la question posée au bar (ou à la mairie) devienne sans objet : elle arrive quand la fibre ?

Vous pourriez lire également

Laisser un commentaire

Tout Sur Google utilise des cookies fonctionnels et d’autres technologies nécessaires à la navigation du site. Nos partenaires et nous-mêmes utilisons également des cookies permettant de mesurer le trafic et de vous montrer un contenu et des publicités personnalisés Accepter En savoir plus