Accueil » Internet en France en 2023 : état des lieux

Internet en France en 2023 : état des lieux

par Paul Metraux
0 commentaire
Netflix, Google, Akamai, Meta et Amazon représentent 54% du trafic Internet

L’Arcep vient de publier son rapport annuel sur l’état de l’internet en France en 2023. C’est le troisième volet du rapport d’activité de l’Autorité remis au Parlement. Elle y présente ses derniers travaux pour veiller au bon fonctionnement du Net et à son développement comme « bien commun ». Le rapport aborde la qualité de service, l’interconnexion des données, la transition vers le protocole IPv6, la neutralité du net, la régulation économique des plateformes et des données et la réduction de l’empreinte environnementale du numérique. C’est un état des lieux très complet de l’Internet en France.

10 ans de collecte des données par l’Arcep

Parmi la masse de données disponibles dans le rapport, on notera la qualité des enseignement tirés de la collecte d’informations par l’ARCEP depuis 10 ans. Aujourd’hui, l’ARCEP est la seule autorité de régulation nationale en Europe à disposer d’éléments aussi précis sur l’interconnexion des données. Cette interconnexion désigne la relation technico-économique qui s’établit entre différents acteurs (FAI, hébergeurs, fournisseurs de contenus, transitaires, réseaux de diffusion…). C’est ce qui garantit le maillage global du réseau. 

La concentration des acteurs

Entre début 2012 et 2022, le trafic entrant à l’interconnexion vers les principaux fournisseurs d’accès à internet (FAI) a été multiplié par 20. Il a ainsi atteint 43,2 Tbit/s fin 2022 (+21,5 % par rapport à 2021). Les capacités installées de ces FAI ont progressé dans les mêmes proportions sur la période. Elles sont passées de 5,4 Tbit/s début 2022 à 108 Tbit/s fin 2022. En 2022, 54 % du trafic vers les clients des principaux FAI en France provient de cinq acteurs : Netflix, Google, Akamai, Meta et Amazon. Le reste du trafic (46%) provient d’une grande diversité d’acteurs s’interconnectant aux FAI.

Netflix, Google, Akamai, Meta et Amazon représentent 54% du trafic Internet

L’empreinte carbone du numérique

Le rapport de l’Arcep met également en évidence que l’empreinte carbone du secteur pourrait tripler entre 2020 et 2050. Outre cette empreinte carbone, l’étude a permis de mettre en évidence l’enjeu de la disponibilité des métaux et autres ressources stratégiques.

Empreinte carbone de 2020 à 2050

Et beaucoup d’autres informations…

« L’Etat d’Internet en France » en 2023 est le tome 3 du rapport général de l’ARCEP. Après le tome 1  » l’Autorité et les marchés régulés » et le tome 2  » la régulation de l’ARCEP au service des territoires connectés. On peut tout retrouver sur le site de l’Autorité. C’est une lecture utile à la compréhension d’un « système » qui régit désormais la vie quotidienne de la société contemporaine.

Vous pourriez lire également

Laisser un commentaire

Tout Sur Google utilise des cookies fonctionnels et d’autres technologies nécessaires à la navigation du site. Nos partenaires et nous-mêmes utilisons également des cookies permettant de mesurer le trafic et de vous montrer un contenu et des publicités personnalisés Accepter En savoir plus