Accueil » Civic Tech, Pol Tech, Gov Tech : de quoi on parle ?

Civic Tech, Pol Tech, Gov Tech : de quoi on parle ?

par Paul Metraux
0 commentaire
Démocratie, vote, urne.

La crise démocratique est le mantra des média depuis quelques années. Les citoyens s’éloignent de la vie publique, sont de plus en plus individualistes. Ils ne votent plus, contestent tous les projets, l’action publique est opaque etc. Ce discours est connu et repose sur des réalités tangibles. Il repose aussi sur un a priori pour le moins discutable : il y aurait eu un âge d’or (qu’on ne sait pas bien situer d’ailleurs) dans lequel la démocratie aurait été parfaite. Evidemment la démocratie n’a jamais été sans défauts et c’est d’ailleurs pour ça que l’Humanité y aspire.

Dans ce contexte, les élus soumis à toutes sortes de pression sont un peu désemparés et cherchent des solutions pour exercer leurs missions dans les meilleures conditions. La Tech s’est naturellement glissée dans ce marché de la démocratie et de la participation citoyenne et de nouveaux outils sont apparus. Les élus locaux, les plus en contact avec la population, sont les plus demandeurs. C’est ainsi que sont arrivées les Civic Tech, Pol Tech et autres Gov Tech. Des chercheurs se sont emparé du sujet. Le plus intéressant d’entre eux est Clément Mabi dont la lecture est toujours enrichissante. Alors Civic Tech, Pol tech, Gov Tech, de quoi on parle au juste ?

Les Civic Tech

La définition est à peu près bien cernée : technologie visant à accroître le pouvoir du citoyen et/ou à rendre un gouvernement (au sens large, pas seulement national) ouvert. Le grand public est peu au fait des Civic Tech, terme qu’il connait mal. Ces Civic Tech ont surtout un intérêt quand elles ne sont pas découplées des démarches classiques « physiques » de participation citoyenne. Le « tout numérique » en la matière est encore lointain, et est-il d’ailleurs souhaitable ?

On peut citer quelques exemples de Civic Tech qui se développent en France :

  • Fluicity : plate forme de consultation citoyenne pour prendre part aux démarches participatives locales (évolution de l’espace public, budget participatif..)
  • Bouge Ma Ville : outil de signalement de problèmes dans la ville et d’amélioration de son fonctionnement quotidien.
  • CityZenMap : outil de géolocalisation des aménagements urbains
  • ConsultVox : plateforme d’outils numériques de participation citoyenne
  • Assembl : outil d’intelligence collective « massive » en mobilisant des communautés de grande taille sur des sujets clés.

Au-delà de cet échantillon, il y beaucoup d’autres outils et notamment toutes les plateformes locales, pérennes ou ponctuelles, mises en place par les collectivités pour des sujets spécifiques.

Pour approfondir le sujet, on peut consulter avec profit l’excellent observatoire des civic tech et de la démocratie numérique réalisé et mis à jour par l’association Décider Ensemble. Tout y est.

Civic Tech et démocratie
Pix4free

Les Pol Tech

Elles ont plutôt une visée électorale et ne se traduisent pas par des outils grand public. Les Pol Tech permettent aux candidats de mieux cerner les territoires (et leurs électeurs) sur la base des données disponibles en ligne (INSEE, collectivités…). Il s’agit de rendre une campagne électorale efficace et bien ciblée. Barack Obama a été le grand précurseur dans ce domaine en 2008. En France, la campagne municipale de 2020, avant d’être stoppée brutalement par le COVID, a été utilisatrice des Pol Tech pour la première fois à grande échelle. Si on résume rapidement, les Pol Tech sont beaucoup plus efficaces que les traditionnels meetings et collage d’affiches.

Les Gov Tech

Ce sont les outils utiles pour améliorer les grandes politiques publiques et développer une action fondée sur l’efficacité alliée à la transparence. Ce ne sont pas forcément des outils directs du gouvernement mais plutôt un écosystème dans lequel de nombreuses Startups se développent. Cet écosystème Gov Tech va au-delà de la seule rentabilité financière (indispensable quand même) et concoure à la transformation en profondeur de l’action publique. Une startup est Gov Tech dès lors qu’elle travaille en lien avec le secteur public

Tous les domaines de l’action publique sont concernés : santé, mobilité, services publics…. Quelques exemples marquants :

  • Doctolib : faciliter l’accès aux soins pour les patients et simplifier les formalités des professionnels de santé.
  • Streetco : GPS piéton collaboratif pour les personnes à mobilité réduite.

Certains pensent aujourd’hui que l’avenir du secteur public se joue dans les Gov tech.

Epilogue

Dans cet univers, l’amalgame se fait souvent sous l’appellation générale Civic Tech. Il est quand même important d’opérer quelques distinctions. Pour savoir de quoi on parle en matière de Civic Tech, Pol Tech et Gov tech, on peut résumer (très) grossièrement :

  • Les Civic Tech servent au renforcement de la démocratie, locale ou nationale
  • Les Pol Tech servent à gagner des élections
  • Les Gov Tech servent à améliorer l’action publique

Vous pourriez lire également

Laisser un commentaire

Tout Sur Google utilise des cookies fonctionnels et d’autres technologies nécessaires à la navigation du site. Nos partenaires et nous-mêmes utilisons également des cookies permettant de mesurer le trafic et de vous montrer un contenu et des publicités personnalisés Accepter En savoir plus